Tapisserie

Couleurs
MM-251326 MM-526693 MM-526694
MM-251326
Image HD
MM-526693
Image HD
MM-526694
Image HD

Description

Tapisserie
Titre
Histoire de Constantin: L'impératrice Hélène remet à son fils Constantin la Vraie Croix

Auteur(s)
Datation
vers 1650
Lieu de création
Bruxelles
Dimensions
haut.: 343 cm
larg.: 327 cm
Matériaux
Tapisserie de haute lisse, laine et soie.
Mention obligatoire
Ville de Genève, Musées d'art et d'histoire. Legs Gustave Revilliod, 1890
Numéro d'inventaire
018678
Description
Constantin reçoit la Vraie Croix d’Hélène et s’incline avec respect. De l’autre main, il tient le titulus de la Vraie Croix (libellé en caractères pseudo-hébraïques) que lui présente un officier. Derrière Constantin, Fausta tient le sceptre dans sa main droite. C’est à Jérusalem, tout juste avant que la construction de la basilique du Saint-Sépulcre ne soit lancée par Constantin, qu’Hélène et Macaire découvrent l’ancien site du martyre du Christ et déterrent la Vraie Croix. Si l’on en croit les historiens, cette trouvaille est le fruit d’un double miracle. Selon Gélase de Césarée et Rufin, Hélène aurait découvert trois croix dans le sol, et aurait su spontanément distinguer celles qui avaient servi à la crucifixion des deux larrons, saint Dismas et Gestas, de celle du Christ. À la suite d’un miracle, Hélène décide de revenir à Constantinople avec « un morceau de la croix de Notre Sauveur » qu’elle apporte au palais de son fils, tandis que le reste de la relique est conservée dans un reliquaire d’argent. Lefebure insiste surtout sur l’instauration effective du christianisme contre les anciens cultes profanes et toutes les formes d’hérésie, auxquels fait référence la foule à l’arrière-plan. Constantinopolis – la ville de Constantin – devient la nouvelle capitale chrétienne de l’Empire et accueille, grâce à l’entremise d’Hélène, ses premières reliques : la Vraie Croix et les clous de la Passion.
Cette tapisserie appartient à une suite de sept tapisseries, et une bordure isolée, de l’Histoire de Constantin ensemble le plus complet au monde de cette série, tissée dans les ateliers de Matthys Roelants (1602-1663) et Joris Leemans (1602-1663) à Bruxelles. Elle relate la vie de l’empereur Constantin (272-337) d’après des cartons du peintre bruxellois Lanceloot Lefebure exécutés entre 1638 et 1648. Les tentures représentent, dans l’ordre narratif, le Couronnement de Constantin, l’Apparition de la croix à Constantin, La victoire de Constantin sur Maxence au pont Milvius, Constantin entre dans la ville de Rome et reçoit les clés de la ville, Constantin accorde la main de sa sœur Constantia à Licinus, Constantin approuve les plans de l'Eglise du Saint-Sépulcre à Rome et L'impératrice Hélène remet à son fils Constantin la Vraie Croix .
Lire la suite
Œuvre non exposée au musée
Télécharger la fiche
Collection(s)
Textiles
Période
Période moderne

Bibliographie

Bibliographie
Danielle Buyssens, Isabelle Naef Galuba, Barbara Roth-Lochner (sous la direction de), Gustave Revilliod (1817-1890), un homme ouvert au monde, Milan, 5 Continents, 2018, p. 245-255
Campagnolo Matteo, Martiniani-Reber Marielle et al., Héros antiques : La tapisserie flamande face à l'archéologie, [Exposition, Genève, Musée Rath, 29 novembre 2013 - 2 mars 2014], Milan, 5 Continents Editions, 2013, p. 128-129, n° 84
Brosens Koenraad, de Laet Veerle ," Matthijs Roelandts, Joris Leemans and Lanceloot Lefebure: New Data on Baroque Tapestryin Brussels", in he Burlington Magazine, 2009. p. 360-367,
Niclausse Juliette, Les tapisseries du Musée Ariana Genève, Pro Arte, revue internationale d'art ancien et contemporain, 1948, p. 213, ill. p. 215
Deonna, Waldemar, Catalogue du Musée Ariana (Fondation G. Revilliod). Genève, Ville de Genève (impr. A. Kundig), 1938, p. 62, n° 5
Sidler Godefroy, Catalogue officiel du Musée de l'Ariana, Genève, Ville de Genève / Atar, 1905, p. 13, n° 7

Expositions

Cette œuvre fait partie d'un ensemble

Autres œuvres de cet auteur


La dernière modification de cette page a été faite le 11 mai 2021 à 11h53 - Signaler une erreur