Poids-étalon de 3 onces

5e s. - 7e s. (?)
Couleurs
MM-216677 MM-216335
MM-216677
Image HD
MM-216335
Image HD

Description

Poids-étalon de 3 onces

Auteur(s)
Datation
5e s. - 7e s. (?)
Lieu de création
Indéterminé
Dimensions
dimensions (haut. x larg.): 34.40 x 34.40 mm
poids: 78.22 g
ép.: 9.1 mm
Matériaux
Laiton ; gravé et incrusté d’argent. Forme : carré; profilé
Numéro d'inventaire
CdN 2011-0243
Description
Avers : dans la partie supérieure, l’inscription ΘΕΟV ΧΑΡΙC [« la grâce de Dieu »] est gravée sur deux registres et incrustée d’argent, au-dessus et dans le fronton d’un porche à trois arcades. Le registre inférieur porte la gravure d’une croix pattée à bras inégaux et la valeur Γ – Γ encadrée entre les colonnes soutenant les arcades. Revers : monogramme inscrit dans deux carrés et un cercle : ΚΩΝCΤΑΝΤΙΝΟΥ [« < le poids appartient > à Constantin. »]. Dans les angles supérieurs, deux croix ont été gravées tandis que les angles inférieurs portent l’inscription de la valeur (Γ – Γ ).
Ce très bel exemplaire d'apparat est probablement le poids-étalon d’une institution ecclésiastique ou religieuse. À partir du IVe siècle, les poids se partagent en deux grandes séries, celle des poids commerciaux – libellés en livres et onces – et celle des poids monétaires – libellés en solidi (« sous d’or », 1/72 de la livre). En effet, après la réforme monétaire de Constantin (309), qui remplaçait définitivement l’argent par l’or comme métal de référence pour la monnaie, le pesage des monnaies était devenu une nécessité. Les pièces de monnaie avaient une valeur très forte : elles étaient si fréquemment rognées par les fraudeurs, qu’aucune loi – aussi sévère fût-elle – n’avait réussi à enrayer un fléau qui, du temps de l’empereur Julien (360-363), menaçait les échanges de paralysie. Ce qui eut pour corollaire que les poids formèrent deux catégories : les poids courants et les poids-étalons, destinés à vérifier la masse des premiers. Du temps de Julien et de ses successeurs, les poids-étalons officiels – pour la monnaie – portaient le label EXAGIVM SOLIDI. Excepté ce dernier cas, la distinction entre les deux catégories n’est pas toujours aisée.
Lire la suite
Œuvre non exposée au musée
Télécharger la fiche
Collection(s)
Byzantine et copte
Numismatique

Bibliographie

Bibliographie
Campagnolo Matteo, Klaus Weber, Poids romano-byzantins et byzantins en alliage cuivreux : collections du Musée d'art et d'histoire de Genève, Milan, 5 Continents, 2015, n° 71
Marielle Martiniani-Reber (dir.) ; Patrick Andrist ; Bertrand Bouvier ; Maria Campagnolo ; Matteo Campagnolo ; Gabriella Lini ; André-Louis Rey ; Gaël Bonzon, Byzance en Suisse, [Exposition, Musée Rath, Genève, du 4 décembre 2015 au 13 mars 2016], Milan, 2015, p. 114, n° 126
Bendall Simon, Byzantine weights-An introduction, Londres, 1996, p.34, n° 63 var.

Expositions

Autres œuvres de cet auteur

La dernière modification de cette page a été faite le 17 mai 2020 à 9h30 - Signaler une erreur