Montre de poche, dite chinoise

vers 1840
Couleurs
B. Jacot-Descombes Mah (activité MAH depuis 1991) F. Bevilacqua Mah (activité MAH depuis 2004)
B. Jacot-Descombes Mah (activité MAH depuis 1991)
Image HD
Copier l'image
Télécharger l'image
F. Bevilacqua Mah (activité MAH depuis 2004)
Image HD
Copier l'image
Télécharger l'image

Description

Montre de poche, dite chinoise

Auteur(s)
Datation
vers 1840
Lieu de création
Londres (boîte)
Fleurier (?)
Genève (émail ?)
Dimensions
haut.: 8.45 cm
diam.: 5.9 cm
ép.: 1.76 cm
Matériaux
Or, émail champlevé et flinqué, émail peint sous fondant
Échappement
à cylindre
Numéro d'inventaire
M 0911
Description
La montre dite chinoise est un produit phare de la production horlogère du tournant du XIXe siècle, mis en valeur par la richesse des décors gravés et émaillés, ponctués d’ors grippés et cernés de demi perles. Après 1815, les ateliers de Piguet & Meylan, Jaquet Droz & Leschot à Genève, Ilbery à Londres et Bovet à Fleurier se distinguent par la qualité de leurs créations, émaillées à Genève. À son apogée vers 1840, le commerce, bien que perturbé par les guerres de l’opium, se poursuit avec la Suisse. L’influence d’Édouard Bovet est telle que « Bo Wei » désigne en cantonais la montre elle-même. Signée «Tevob» (Bovet à l’envers), cette Jonque prouve aussi l’intérêt d’adopter et de rendre familier un patronyme prononcé en mandarin. Gustave Loup (1876-1961), marchand horloger né à Tientsin, est un collectionneur passionné de ces ouvrages qui ont joué un rôle capital dans le développement des relations entre Est et Ouest. En 1915, il fait don au musée de cette somptueuse Jonque : le décor orientalisé dénote l’évolution du goût chinois, autrefois avide de scènes d’Occident.
La collection de Gustave Loup (1876-1961) exalte l’exubérance du génie mécanique allié à la peinture sur émail parvenue à son apogée et aux décors gravés somptueux ponctués de perles. La fascination qu’exercent ces objets complexes, souvent dotés d’automates et de mécanismes à musique, la richesse de leurs décors engagent le conservateur des émaux du Musée, Louis Dufaux à défendre une acquisition coûteuse: « L’histoire de la décoration genevoise ne peut être contée ailleurs qu’au musée des Arts décoratifs de Genève, et ce sont ces renseignements-là qui seront demandés chez nous, d’autres musées que le nôtre pouvant présenter des séries plus complètes ou des témoins plus heureux touchant l’Art appliqué en général. Il importe donc d’examiner sous cet angle spécial les montres ici présentées, et non pas de discuter leur valeur d’art, subordonnée à nombre de nécessités commerciales. Le conservateur ne prétend nullement à nommer chefs d’œuvres ces décors, mais, par comparaison, les croit propres mieux que d’autres à montrer les tendances à une époque assez brillante d’une industrie genevoise célèbre entre toutes, l’émaillerie appliquée au décor de la montre. (…) » En 1922, la commission des acquisitions du Musée des arts décoratifs de Genève se penche avec scepticisme sur onze montres émaillées provenant de la collection Loup exposées pour l’occasion avec les montres de la section archéologique du musée, au sein de laquelle figure la somptueuse montre « à la jonque » de Bovet, don accordé en 1915 par Loup. Celui-ci, marchand horloger né à Tientsin, est un collectionneur passionné de garde-temps européens destinés au marché chinois, ouvrages de luxe qui ont joué un premier rôle dans le développement des relations commerciales entres les Célestes et les Européens. A cette époque, sa collection compte plus de 200 montres et pendules, partiellement exposées en Suisse: en mai 1914 à Neuchâtel, en décembre 1914 au Musée des arts décoratifs de Genève, en 1920 dans l’Exposition rétrospective d’horlogerie organisée au Musée d’art et d’histoire de Genève encore, également à La Chaux-de-Fonds, au Salon suisse de l’horlogerie, en 1932 et 1933, puis à nouveau à Genève, au Palais de l’Athénée, en 1934. À partir de 1930, Loup s’établit définitivement à Genève, où il tient commerce d’horloges anciennes, de montres et d’antiquités chinoises. Il devient fournisseur des amateurs d’arts d’Extrême Orient, tel Edouard Baur. Il faut attendre 1939 pour que l’acquisition de neuf montres soit réalisée, à la faveur de la faillite du commerce de Loup réalisée par l’Office des Faillites de Genève : ces chefs d’œuvres rejoignent la montre « à la jonque » de Bovet, don accordé en 1915 Gustave Loup au Musée des arts décoratifs, preuve de l’attachement du marchand collectionneur au directeur Georges Hantz, ardent défenseur des arts de la Fabrique.
Lire la suite
Collection(s)
Horlogerie
Période
XIXe siècle et période contemporaine

Bibliographie

Bibliographie
Marin Jean-Yves (dir.), MAH : les collections du Musée d'art et d'histoire de Genève, Genève, Musée d'art et d'histoire, 2019, p. 175
White Ian, Clarke Julia, The Majesty of the Chinese-Market Watch : the Life and Collection of Gustave Loup of Tientsin and Geneva, Watch Dealer and Collector (1876-1961), Londres, Antiquarian Horological Society, 2019, p. 126, fig. 5.31a
Fallet Estelle, Baezner Anne, Mino-Matot Gabrielle, Marin Jean-Yves, L'horlogerie à Genève : magie des métiers, trésors d'or et d'émail, [Exposition, Musée Rath, Genève, du 15 décembre 2011 au 29 avril 2012], Genève, Paris, Musée d'art et d'histoire, Edition Hazan, 2011, p. 84, p. 58, no 45
Fiette Alexandre ... [et al.], Décor, design et industrie : les arts appliqués à Genève, [Exposition, Musée d'art et d'histoire de Genève, du 15 octobre 2010 au 1er mai 2011], Genève, Musées d'art et d'histoire, 2010, p. 136, coul. p. 136, no 3
Sturm Fabienne Xavière, Pautex and his contemporaries : the collection of the Museum of clocks, watches and enamels in Geneva, Tokyo, Shufunotomo, 1982, ill. coul., pl. 171

Expositions

Geneva at the Heart of Time, Capital Museum, Pékin, Chine, -
L'horlogerie à Genève - Magie des métiers, trésors d'or et d'émail, Genève, Musée Rath, -
Décor, design et industrie. Les arts appliqués à Genève, Genève (Musée d'art et d'histoire - Charles-Galland), -
La dernière modification de cette page a été faite le 24 décembre 2019 à 13h43 - Signaler une erreur