Bulle d'or de 5 solidi

Couleurs
MM-331205 MM-338217
MM-331205
Image HD
MM-338217
Image HD

Description

Bulle d'or de 5 solidi
Titre
Pentasoldia

Auteur(s)
Datation
1044 – 1046
Matériaux
Or
Numéro d'inventaire
CdN 2004-0537
Description
Avers : dans un cercle de grènetis, buste du Christ barbu, de face, tenant les évangiles en main gauche. Les branches du nimbe cruciforme sont ornées d’un X formé de cinq perles. De part et d’autre de l’effigie, les sigles usuels pour Ἰ(ησοῦ)ς Χ(ριστό)ς, Jésus-Christ. À la circonférence, inscription précédée d’une croisette : Ἐμμανουήλ, Emmanuel. Revers : l’empereur à mi-corps, de face, portant une barbe courte, couronné du stemma crucigère garni de pendeloques à terminaison trifide. Il est vêtu du lôros simplifié avec le maniakion. En main droite, il tient le labarum légèrement en biais, et en main gauche, ramenée devant la poitrine, l’akakia (?). à la circonférence, inscription : Κων[στ]αντ(ῖνος) αὐτοκράτ[ωρ], Constantin, l'empereur
L’intérêt de cette pièce repose à la fois sur l’absence de parallèle connu et sur son statut, à ce jour, de bulle d’or conservée unique qui dépasse la valeur maximale de quatre sous d’or byzantins prévue par le De cerimoniis (II, § 48). Constantin VII cite, en effet, dans ce même ouvrage l’émission par lui-même et son fils Romain II d’une bulle d’or de 12 solidi à l’intention du calife d’Egypte. D’après l’auteur arabe Boha ed-din, une bulle d’or pesant 15 dinars (l’équivalent de 12 solidi) accompagnait une lettre d’Isaac II Ange adressée à Saladin en 11893. Enfin, la bulle d’or dont Constantin IX Monomaque scella sa lettre de 1049 à l’intention de l’empereur Henri III était, paraîtil, suffisamment grosse pour en faire un calice4. Même dans l’hypothèse où cette information serait exagérée, on doit comprendre que la valeur de la bulle dépassait nettement les normes en vigueur. Une émission officielle d’une pentasoldia n’est donc pas à exclure. Toutefois, de par sa fabrication à partir de deux flans soudés, le véritable intérêt de cette bulle réside en l’éclairage nouveau qu’elle apporte sur les techniques de fabrication des bulles d’or au XIe siècle, la relation entre le mode de fabrication de celles-ci et la dévaluation progressive de la monnaie d’or à partir de cette époque charnière de l’Empire, enfin, sur la politique de réformes suivie par Constantin IX.
Lire la suite
Œuvre non exposée au musée
Télécharger la fiche
Collection(s)
Byzantine et copte
Numismatique
Période
Moyen Âge
Lieu d'émission
Constantinople (Empire byzantin)

Bibliographie

Bibliographie
Campagnolo-Pothitou, Maria, La bulle de 5 solidi (pentasoldia) de Constantin IX Monomaque, 2016, p. 71- 81
Campagnolo-Pothitou Maria, Cheynet Jean-Claude, Sceaux de la collection George Zacos au Musée d'art et d'histoire de Genève, [Collections byzantines du MAH, Genève, 5], Milan, 5 Continents, 2016, p. 23, n° 8
Marielle Martiniani-Reber (dir.) ; Patrick Andrist ; Bertrand Bouvier ; Maria Campagnolo ; Matteo Campagnolo ; Gabriella Lini ; André-Louis Rey ; Gaël Bonzon, Byzance en Suisse, [Exposition, Musée Rath, Genève, du 4 décembre 2015 au 13 mars 2016], Milan, 2015, p. 566, n° 554

Expositions

Autres œuvres de cet auteur

La dernière modification de cette page a été faite le 4 juillet 2020 à 9h59 - Signaler une erreur